Ergonomie du travail

Être “ergonomiquement correct” ne signifie pas seulement éviter les blessures physiques. Cette science élémentaire touche tous les aspects physiques et psychosociaux du milieu de travail.

  • évaluera votre environnement de travail
    (en fonction de vos objectifs, de la conception des tâches, des questions liées aux postes de travail, des terminaux à écran de visualisation, des appareils de saisie de données, de l’environnement physique, des facteurs de risque personnel et des facteurs externes)
  • vous donnera une formation en ergonomie
  • instaurera un programme d’ergonomie «autogéré» dans votre organisation.

Ce programme est conçu pour optimiser la disposition de votre équipement actuel et ne nécessite l’achat d’aucun nouveau mobilier. 

Pour plus de renseignements sur l’ergonomie dans l’environnement de travail, lisez “10 étapes à suivre pour un environnement de travail réussi – L’ergonomie”. 

L’ergonomie n’est pas un mot nouveau. Il ne s’agit pas non plus d’une nouvelle science. En fait, le mot est apparu pour la première fois en 1877 et servait à décrire une discipline visant à accroître la productivité et l’efficacité des travailleurs en adaptant le milieu de travail à leurs capacités. 

Cette science s’efforce de rendre les employés plus efficaces dans leur milieu de travail et a des répercussions non seulement sur les coûts liés aux blessures, mais aussi sur la productivité des travailleurs, la gestion et les relations de travail, le taux de roulement et les coûts d’observation. Bref, le fait de ne pas tenir compte des notions ergonomiques peut compromettre vos résultats financiers à plusieurs niveaux. 

Vous pouvez implanter dès aujourd’hui des moyens de contrôle ergonomiques simples et peu coûteux pour aider les employés de votre entreprise à s’adapter à leur environnement. En fait, 19 % de ces moyens de contrôle ne coûtent absolument rien. En voici quelques exemples : 

  • Minipauses : Plusieurs études ont démontré que les minipauses sont efficaces pour réduire la fatigue et accroître la productivité des travailleurs. Rappelez à vos employés de faire une pause de 10 à 30 secondes toutes les vingt minutes… Ils devraient en profiter pour s’étirer et faire des exercices pour les yeux, le cou et les doigts.
  • La douceur avant tout : Apprenez aux employés à ne pas employer une force excessive lorsqu’ils tapent au clavier. S’ils ont des douleurs aux doigts ou aux mains, ils ne souffrent pas nécessairement d’arthrite. Examinez leur façon de taper au clavier.
  • Éloge de la décontraction : Les problèmes découlant d’une posture inadéquate sont fréquents chez les utilisateurs d’ordinateur. Assurez-vous que les employés s’assoient les deux pieds bien au sol, les genoux et le tronc formant un angle de 90 degrés, le dos dans la position du S «décontracté».
  • Protection des yeux sensibles : Les écrans d’ordinateur nuisent au confort visuel si le contraste est insuffisant, si les caractères sont trop petits ou s’il y a surabondance de couleurs. De plus, les gens ont tendance à moins cligner des yeux lorsqu’ils regardent un écran d’ordinateur. Les porteurs de lentilles cornéennes exposés à un écran d’ordinateur pendant de longues périodes ont intérêt à porter des lunettes ou à garder leurs yeux humides.
  • Joindre l’utile à l’agréable : Communiquez avec vos employés régulièrement et créez un environnement social avec activités de groupe. Les travailleurs qui ressentent un sentiment d’appartenance, entretiennent des relations harmonieuses avec leurs collègues et parviennent à équilibrer vie personnelle et vie professionnelle sont moins sujets au stress.

Il n’y a aucun doute que les employés qui s’adaptent bien à leur environnement et à leurs fonctions sont beaucoup plus productifs. Par conséquent, être «ergonomiquement correct» c’est une bonne idée pour tout le monde.