Étape 1: Les bras et les poignets

Lorsque vos doigts se trouvent sur le clavier, vos bras doivent être détendus et quasi parallèles à votre corps. Vos avant-bras doivent presque former un angle droit avec vos bras.

Si vos coudes reposent sur les accoudoirs du fauteuil, assurez-vous que cette position n’entraîne pas une contraction de vos épaules. Si vos bras ne se trouvent plus à la verticale, réglez la distance entre votre fauteuil et le clavier. Si vos avant-bras ne forment pas un angle droit avec vos bras, vous pouvez régler soit la hauteur du clavier, soit celle du fauteuil.

De plus, lorsque vos doigts sont sur le clavier, vos poignets doivent être dans le même axe que vos avant-bras. Il est bon d’utiliser un appuie-poignets pendant de courtes pauses.

Si vos poignets sont relevés ou rabaissés, réglez la hauteur du clavier ou celle du fauteuil. Si vos poignets sont tournés vers l’extérieur ou l’intérieur, réglez la position de vos mains pour que vos poignets soient dans le même axe que vos avant-bras.

  • Si vous faites une courte pause, profitez-en pour étirer lentement vos bras et vos mains. Pendant les pauses plus longues, levez-vous, faites quelques pas et étirez-vous doucement. Fixez-vous des pauses quotidiennes et efforcez-vous de les respecter. Il est très facile de se laisser emporter par son travail et d’oublier de faire la pause. Pour vous signaler le moment de la pause, servez-vous d’une minuterie ou d’un programme aide-mémoire.
  • Réchauffez vos mains et vos bras. Avant de vous mettre au travail, laissez vos mains et vos bras se réchauffer et étirez vos mains doucement. Certaines personnes portent même des gants qui laissent à nu l’extrémité des doigts (mitaines).
  • Gardez vos poignets en position droite ou «neutre». Pendant les pauses, utilisez un appuie-poignets ou un autre dispositif de soutien pour maintenir vos poignets dans une position agréable.
  • N’utilisez pas trop de force pour tenir un dispositif de pointage ou enclencher un interrupteur. N’utilisez que la force minimale nécessaire pour enclencher tout interrupteur. La plupart des gens utilisent plus de force qu’il ne faut, particulièrement pour les déplacements de la souris, ce qui a pour effet d’appliquer une tension inutile sur les tendons, les jointures et les tissus mous. Comme les mauvaises habitudes ne se perdent pas facilement, vous devez, au début, faire particulièrement attention pour ne pas appuyer trop fort.