En conclusion

De nos jours, une personne sur dix est victime d’un EXCÈS DE STRESS. Ceux qui deviennent dépendants de substances chimiques sont sur su terrain glissant. D’autres abandonnent l’école à un jeune âge, pour se joindre au rangs marginaux de la société.

Les coûts occasionnés sur la société sont immense. Les effets d’un EXCÈS DE STRESS coûtent à notre société au moins 60 billions de dollars par an. Les pertes sont à plusieurs niveaux: une baisse de la productivité, des coûts médicaux pour les maladies provenant d’un EXCÈS DE STRESS, les accidents de travail et les accidents mortels de la route (la moitié desquels sont causés par la conduite sous l’effet de stimulants).

Nous vivons dans une société caractérisée par des changements rapides. Notre définition générale du stress nous dit que ces changements rapides signifient de hauts niveaux de stress. L’expérience passée de la race humaine ne nous a pas préparée à cette vitesse de changements ni au stress de vivre durant ce siècle. Cela explique pourquoi une personne sur dix se bat contre un EXCÈS DE STRESS.

Le sens de l’humour et le rire sont des outils efficaces contre le stress. Ils améliorent la santé du corps, de l’esprit, et de l’âme. La capacité de rire de notre situation ou problème nous donne un sentiment de supériorité et de pouvoir et entraînent une attitude positive. Cela nous rend moins vulnérable aux états de dépression et d’impuissance. L’humour nous donne une meilleure perspective de nos problèmes. Le rire nous donne la chance d’exprimer des émotions qui, si on les garde à l’intérieur, peuvent créer des changements biochimiques qui sont néfastes pour notre corps.

Il est important de rire plus, donc il serait bon de vous procurer des blagues ou du matériel qui vous fera rire, il existe plusieurs sources de ce genre de matériel. Ceux qui travaillent dans le domaine de la santé peuvent consciemment changer leur comportement pour apporter plus d’humour et de rire au travail. Il existe aussi des cours sur le rire. Nous pouvons souvent nous aider nous-mêmes, ce qui diminue parfois notre consommation de médicaments.